En Naturopathie, l’activité physique est un pilier fondamental dans l’accompagnement de la consultante. C’est indispensable pour une prise en charge holistique (globale) pour toute personne, quelque soit son hygiène de vie, sa pathologie.

Mais qu’est-ce que l’activité physique ?

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’activité physique se définit comme « tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques qui requiert une dépense d’énergie. L’activité physique désigne tous les mouvements que l’on effectue notamment dans le cadre des loisirs, sur le lieu de travail ou pour se déplacer d’un endroit à l’autre. Une activité physique d’intensité modérée ou soutenue a des effets bénéfiques sur la santé »

Contrairement aux idées reçues, lorsque nous parlons d’activité physique, nous ne parlons pas forcément de sport intense mais d’une activité qui met le corps en mouvement.

Par précaution, vous pouvez demander l’avis de votre médecin pour pratiquer une activité physique sportive en toute sécurité et exclure toute contre-indication.

En cas de douleurs, nous pourrons adapter les activités par des mouvements plus doux. L’idée est de garder une régularité : en effet il vaut mieux faire quinze minutes d’activité par jour plutôt qu’une heure une fois par semaine.

Chaque sport ou activité est à adapter en fonction de l’envie ou des habitudes de chacune.

Beaucoup de femmes (malades ou non) ne font plus ou pas d’activité physique. Cependant c’est un exercice qui reste indispensable pour aider à gérer son stress, s’aérer la tête et l’esprit, s’oxygéner et permettre à l’organisme d’éliminer certaines toxines.

En cas de pathologies comme l’endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou le syndrome prémenstruel (SPM), l’activité physique est un autre moyen d’aider à détoxifier l’organisme, notamment les œstrogènes, et de maintenir un équilibre hormonal.

Le fait de bouger, de s’aérer, permet au corps de mieux gérer le stress et de calmer les douleurs. En effet, nous savons qu’un stress important et chronique augmente le taux de cortisol qui, à son tour, augmente la résistance à l’insuline et l’inflammation dit de bas grade.

En étant sédentaire, sans mouvement, le corps « se fige » et les douleurs s’installent. Le simple fait de bouger, même d’être debout plutôt qu’assise, va permettre au corps de ne pas se rigidifier et ainsi ne pas aggraver les douleurs.

L’activité physique permet aussi de :
– Sécréter des endorphines qui ont des effets anti-douleurs,
– Procurer une sensation de bien-être, calme l’anxiété et le stress,
– Améliorer le sommeil,
– Apporter du plaisir
– Permettre aussi de penser à autre chose qu’à la douleur et à la maladie… à condition de ne pas faire une activité trop intense pour son niveau !

Tous les sports peuvent être pratiqués ; en matière d’activité physique douce nous pouvons déjà parler de la marche, du yoga, du pilate, du Qi gong, du tai chi…
En termes d’activité modérée nous pouvons pratiquer la natation, la course à pied, le vélo, le fitness, le tennis, le crossfit…

A chacune de trouver son sport, son activité en se faisant plaisir.

Comment augmenter mon activité physique quotidienne ?

Aujourd’hui notre mode de vie ne nous permet pas toujours de faire une activité physique comme nous le souhaiterions.

Nous sommes pris dans la course maison, travail, enfants, vie sociale, sommeil… Il n’est pas toujours aisé d’intégrer dans notre quotidien déjà bien rempli une activité en plus.

La course de la journée est déjà une activité physique, mais nous pouvons faire appel à de petites astuces pour augmenter cette activité :

  • Pratiquer la marche ou le vélo plutôt que les transports en commun ou se garer plus loin du travail pour finir la route à pied, descendre 1 ou 2 stations de métro / bus / tramway avant et finir le trajet à pied.
  • Récupérer les enfants à pied ou en vélo à l’école / aux activités
  • Se faire plaisir en prenant du temps pour soi pour se balader, faire son jardin…

Une activité physique est donc la mise en mouvement du corps. Il est important de pratiquer au quotidien une ou des activités pour améliorer la prise en charge de la pathologie, que ce soit pour l’endométriose, le SOPK ou le SPM mais aussi pour son hygiène émotionnelle : L’activité physique permet aussi à l’esprit de se libérer.

La règle est surtout d’écouter son corps, de ne pas aller au-delà et de se faire plaisir avant tout !

%d blogueurs aiment cette page :